web analytics

Geants, mythes du déluge et structures mégalithiques

Du grand déluge à la destruction des géants.

megalithes1De toutes les structures que nous ont laissé les anciens, peut être les plus durables sont ceux qui sont connus universellement comme des monuments mégalithiques. Ces grandes réalisations architecturales sont extraordinaires, non seulement en raison de leur taille immense, mais aussi à cause de leur étrangeté. Qui les a construites, quand, pourquoi et, plus important encore, comment ?
Dans le folklore européen, les géants ont été crédités de la construction de ces monolithes en pierre massive. En effet, il y a une connexion directe entre les géants mythologiques, leurs constructions mégalithiques préhistoriques, et la ruine éventuelle d’une civilisation perdue.

De la bible à la mythologie nordique, les premiers récits écrits nous parlent d’êtres évolués, souvent désignés comme des géants, qui étaient les ancêtres d’une culture vaste et sophistiquée. Cette civilisation ancienne était à l’origine de la construction de nombreux monuments de pierre de l’antiquité. Ils ont ensuite été éradiqués dans un déluge global, ne gardant de son lustre d’antan,que ce qui est resté dans la pierre ou dans nos mythes et légendes.
De telles inondations massives ont été décrites dans des centaines d’histoires très semblables dans le monde entier par des cultures ayant peu ou aucun contact entre elles, ce que l’auteur Graham Hancock a souligné à maintes reprises. Tous décrivent une civilisation ancienne, technologiquement très avancée, qui a irrité les dieux, si bien que les dieux ont décidé de les détruire, envoyant ainsi tremblements de terre et inondations pour nettoyer la terre de sorte que de nouvelles civilisations puissent émerger. Tous les mythes parlent d’un seul individu ou groupe d’individus qui survivent aux flots de sorte que la réintroduction de la vie et de la civilisation puisse se faire. De nombreux mythes décrivent une arche qui abrite les formes de vie du monde et tout ce qui est nécessaire à la reprise de la vie.
Selon l’historien juif romain Flavius Josephe, ces géants étaient en effet des architectes qualifiés. Il mentionne deux piliers, l’un de pierre et l’autre de brique très dure. Les géants auraient érigé ces piliers comme un témoignage de leurs capacités techniques pour la postérité, et ce en prévision du grand déluge, et craignant que le cataclysme détruise toute trace de leur savoir. L’auteur britannique harold T. Wilkins a identifié ces géants comme « les géants du royaume de Thot, ou Thot de l’Atlantide).
Dans son livre I des « antiquités juives », Josephe écrit : »maintenant, ces piliers restent dans le pays de Siriad jusqu’à ce jour… Noé quitta la terre de Seth, de peur que sa famille ne soit anéantie par les géants. Leur durée de vie avait été réduite à 120 ans… et l’Eternel avait envoyé les flots pour détruire la terre… La nourriture des antédiluviens leur donnait une durée de vie de 1000 ans, et ils ont observé les étoiles pendant la période de la Grande Année qui est de 600 ans…. Ephore et Nicolas affirment que les hommes d’avant le déluge pouvaient vivre 1000 ans. Aux jours de   Josué, fils de Noun, il y avait encore des géants à Hébron, dont les corps étaient très grands et les visages différents de ceux des hommes. Les os de ces hommes géants sont encore montrés à ce jour ».

Géants : la mythologie comme souvenir

geant_anglaisIl a été généralement admis par les universitaires que les géants, ogres et autres créatures monstrueuses sont de simples mythes, rien de plus. Mais il y a beaucoup plus dans ces histoires que beaucoup ne sont prêts à admettre. Grâce à l’archéologie, nous sommes en train de comprendre que les anciens étaient effectivement très avancés et pouvaient posséder des technologies comparables ou même surpassant les nôtres.
Dans Genèse 6:4, nous lisons : »Il y avait des géants sur la terre en ces jours, et aussi après que les fils de dieu furent venus vers les filles des hommes, et elles leur donnèrent des enfants, qui devinrent des hommes puissants et de renom » (version King James). Ce verset de l’ancien testament est en fait le plus controversé dans l’érudition biblique. Le terme géants est en fait une mauvaise traduction du terme hébreu néphilim, qui est dérivé du verbe NAFOL, ce qui signifie « tombé ». ainsi, les Nephilim sont souvent perçus comme une race déchue de géants qui régnaient sur le monde avant le déluge qui mit fin à leur règne. Les descendants des Néphilim sont connus sous le nom de Emin, et sont mentionnés dans la bible comme un « peuple nombreux et très grand » et « ces descendants des Nephilim étaient également les héritiers des pratiques et rites religieux antédiluviens pratiqués au sommet de Seir, la montagne sacrée ». Pour beaucoup, toute cette affaire reste une énigme qui a suscité beaucoup de spéculations. Certains prétendent que les néphilim étaient des extraterrestres, tandis que d’autres affirment que ces êtres mystérieux étaient en fait des néanderthaliens.
Depuis leur première apparition sur la terre dans les temps anciens, les géants sont devenus une partie de notre inconscient collectif. Ils sont devenus une sorte d’archétype jungien qui nous a remplis de terreur et qui a captivé notre imagination. Les géants sont devenus la pierre angulaire des mythes, des légendes et des traditions de presque toutes les cultures sur terre, dans de nombreux cas, ces récits se sont poursuivis sans discontinuer et sans aucune modification depuis des millénaires. Ces mythes présentent souvent une civilisation gouvernée par des géants qui est détruite par un déluge mondial et qui tombe dans l’oubli. Seul le mythe et la légende survivent maintenant pour nous aider à décoder les secrets de ce chapitre oublié de l’histoire humaine. Comme avec tous les récits mythologiques, cependant, ce ne sont que des images floues d’une réalité beaucoup plus profonde. En effet, ces gigantesques habitants de notre imagination de non pas de simples fictions, mais plutôt des « résidus » de nos expériences passées en tant qu’espèce. Ils sont en fait, des empreintes ou des échos d’une histoire lointaine mais très, très sombre que nous avons oublié depuis longtemps.
Par exemple, un mythe inca décrit le peuple Ayar-aucca qui comprend quatre géants jumeaux qui tiennent les cieux. Dans ce mythe (comme dans beaucoup d’autres semblables) la race humaine devient indisciplinée et ingrate. Irrités par ce comportement, les quatre géants conviennent de laisser le ciel s’écrouler dans la mer. Le résultat est un déluge mondial qui efface une grande partie de l’humanité. L’idée du ciel s’écrasant sur la terre et détruisant la quasi-totalité des civilisations entre en resonnance avec l’Atlantide de Platon et certaines récentes théories concernant sa disparition. Certaines théories suggèrent qu’une comète ou un asteroide peut avoir heurté la terre au cours de notre histoire lointaine, causant la destruction de ces cultures anciennes et avancées.
Dans la mythologie irlandaise, nous apprenons que les Fomorés, un peuple de géants est guidé par leur chef Balor, vers les rivages de l’Irlande à la suite du déluge. Il deviennent alors les premiers habitants de cette île. Alors que certains chercheurs localisent le lieu d’origine des Fomorés en Espagne ou en Afrique du nord, d’autres affirment que la patrie d’origine de ces géants pré-celtiques était l’Atlantide, qui aurait été située à 200 miles à l’ouest de Gibraltar.
hourriteAu troisième millénaire avant notre ère, le peuple dominant en Anatolie étaient les Hourrites. Les Hittites, qui les ont conquis vers 2000 avant notre ère, on absorbé une grande partie de leur religion et leurs traditions mythologiques. Un de ces mythes était celui de Alalu, le premier roi du ciel, un dieu géant qui s’était installé sur une île montagneuse située dans l’océan occidental, qu’on désignait parfois comme la mer du soleil couchant. Le fils d’Alalu était le puissant Koumarbi, l’équivalent hourrite du titan grec Kronos. Ce dieu était aussi la personnification mythique de l’océan atlantique. Ces connexions symboliques avec les titans ont continué jusqu’à l’époque romaine. Frank Joseph est convaincu que cette tradition de dieux géant et de l’île de l’atlantique est un souvenir hourrite de l’île montagneuse atlante.
The seafarer, un ancien poème anglais décrit d’immenses murs de pierre exécutés par des géants. La chaussée des géants en Irlande du Nord, une formation géologique naturelle composée de colonnes basaltiques massive, fut réputée avoir été construite par des géants.
Les Kai de Nouvelle Guinée parlent d’une race de demi-dieux, ou de géants appelés Ne-Mu, qui étaient plus grands et plus forts que les hommes d’aujourd’hui et qu’ils étaient les seigneurs de la terre avant le déluge. Ils ont enseigné aux hommes les principes fondamentaux de l’agriculture et de l’architecture. Les Ne-Mu ont été anéantis pendant le déluge, mais leur corps fut transformé en blocs de pierre. « Cette dernière caractéristique du mythe, écrit Frank Joseph, traduit la réaction des Kai face aux structures mégalithiques existant en Nouvelle Guinée et souvent composées de pierres massives qu’ils identifient comme antédiluviennes.
Les indigènes des îles Fidji croient que leur terre ancestrale, appelée Burotu, a coulé il y a longtemps dans l’océan Pacifique. Ce royaume ancestral a été effacé quand les « cieux sont tombés», et le feu et l’eau ont été mêlés pour produire les îles de Samoa (Joseph 2005). Les survivants, connus sous le nom de Hiti, étaient considérés comme une race de géants, les enfants de l’Atlantide. Ils ont construit une arche monumentale de près de 20 pieds de haut.

Un mythe arabe décrit une race de géants connus sous le nom Adites. Ces êtres sont l’équivalent des Titans de la mythologie grecque atlante, et sont décrits comme des architectes et des constructeurs supérieurs. Depuis leur première histoire enregistrée, les Arabes au Moyen-Orient ont associé toutes les structures immenses avec ces grands géants de l’antiquité.

Dans un récit hittite, un géant provenant de l’ouest de l’océan nommé Koumarbi met le monde sur son dos, devenant ainsi l’équivalent de la divinité anatolienne grecque du Titan Atlas, le fondateur du puissant empire atlante (Joseph 2005).

bochicaBochica est une figure dans les mythes des peuples Chibcha de ce qui est aujourd’hui la Colombie Britannique. Un géant barbu, à la peau blanche semblable à l’Atlas, soutient le ciel sur ses épaules. Quand les gens renoncent à ses enseignements, il laisse tomber le ciel, provoquant une série d’inondations et d’incendies qui déciment la planète. Cet événement a également détruit la maison du géant, ce qui oblige ses enfants à fuir et à chercher refuge ailleurs. En fin de compte, ils s’installent le long de la côte de la Colombie, devenant par la suite les habitants indigènes du pays. (Joseph 2005).

Comme vous pouvez le voir sur ce petit échantillon, le nombre et la variété des mythes et des légendes sur les géants est assez impressionnant, en effet, ils peuvent être trouvés dans presque chaque culture sur la terre. Beaucoup de ces mythologies parlent d’êtres étroitement liés à des Titans, qui soi-disant ont gouverné l’Atlantide. Et bien sûr, il y a aussi le récit récurrent d’un grand cataclysme qui détruit finalement une civilisation perdue quelque part dans le lointain passé. Ces thèmes communs ont crée un précédent pour une discussion plus large.

C’est cette culture, la civilisation des géants primordiaux qui a finalement construit les grands monuments de l’antiquité et étaient les ancêtres de la civilisation perdue de la préhistoire humaine. Que nous reste t-il de cette grande civilisation?

L’historien médiéval Danois Saxo Grammaticus a insisté sur le fait que les géants devaient avoir existé, parce qu’eux seuls avec leur force impressionnante et des capacités surhumaines aurait pu construire des dolmens, des menhirs, des murs massifs et d’autres structures qui jonchent l’Europe de l’Ouest. La plupart des anciens forts et les murs en ruine, comme cela sera révélé plus tard, ont été construits par les Romains à partir du 1er siècle avant JC.

Parmi les structures évidemment plus anciennes, trouvés en Angleterre, en Écosse et au Pays de Galles, beaucoup ont été attribués à des anciens Bretons et, éventuellement, aux Atlantes. En effet, la Grande-Bretagne a déjà été nommée d’après l’un des rois titans de l’Atlantide, Albion.
L’idée d’une vaste culture mégalithique qui aurait autrefois dominé une grande partie de l’Europe dans un passé lointain, est d’ailleurs relayée par l’auteur Paul Dunbavin dans ses livres sur l’Atlantide occidentale. Dunbavin croit que l’Atlantide se trouve sous la mer d’Irlande et a été submergée en 3100 avant notre ère quand une comète a frappé la terre, causant le déplacement de la croûte terrestre et donc diminuant certaines des masses existantes, y compris celles à l’intérieur et autour de l’ancienne Europe.

Pour Dunbavin, les structures mégalithiques de l’Europe ne sont pas seulement des créations primitives construites par une culture de l’âge de pierre, mais étaient l’œuvre sophistiquée d’une race avancée et ancienne, peut-être les Atlantes. L’idée de géants comme fictions monstrueuses de l’imagination humaine sans fondement dans la réalité est une croyance commune, mais qui, je pense, demande d’être révisée.

karahunjSitué sur un promontoire rocheux près Sissian en Arménie, se trouve le site de l’ancienne  Zorats Karer, également connu sous le nom Karahunj. Des recherches approfondies menées par Paris Herouni et Elma Parsamyan du Biurakan Observatoire, ont conclu que le site était consacré  dieu-soleil arménien Ari. Herouni date le site à environ 7600-4500 avant notre ère, faisant de lui le cercle pierre le plus ancien en Europe. Herouni a également conclu que certaines des pierres reflètent la plus grande étoile de la constellation du cygne, la croix du deneb. Le fait que Karer Zorats pourrait être le plus ancien observatoire du genre en Europe, sinon du monde, a en outre été adopté par l’astrophysicien d’Oxford Mihran Vardanyan, qui a confirmé le caractère controversé du site, principalement en raison du fait que certains chercheurs doutent de sa signification astronomique. En ce qui concerne le site, Vardanyan écrit: «La théorie la plus communément admise sur la signification de Karahunj, c’est qu’il est un ancien cimetière ou nécropole, un lieu représentant un pont entre la terre et les cieux dans le parcours cyclique de l’âme impliquant la vie, la mort et la renaissance. La thèse de la nécropole est certainement vraie d’après nos premières investigations du cercle central, il est clair que le site a été aligné sur le soleil, très probablement aligné sur la lune et, ce qui est vraiment excitant, peut-être même sur quelques étoiles ou des planètes, en raison de la mise en place de petits trous percés à travers les monolithes et visant  l’horizon. Ce sont ces trous qui font de ce site mégalithique un lieu  unique, le plus exceptionnel de tous les sites européens similaires. « (Vardanyan 2011)

En Décembre 2010, la série documentaire populaire, Ancient Aliens, a présenté Karer Zorats sur l’épisode 14, « Structures inexpliquées. » Ancient Aliens lie la théorie Deneb Herouni avec la découverte de 300 exoplanètes repérées par la NASA  dans la constellation du Cygne. (Clotworthy 2010) Ce lien, sans aucun doute, est vraiment sensationnel et exige une enquête plus approfondie. Encore une fois, certains contes populaires arméniens parlent d’une époque lointaine où le dieu soleil Ari a ordonné à une race de géants de déplacer les blocs de pierre immenses pour construire le site. Étonnamment, beaucoup de sites prétendument liés aux dieux du ciel sont également associés à la terre natale des dieux et des géants.

trilithonEn 1898, une expédition allemande à  Baalbek, un site de l’actuel Liban, a affirmé n’avoir découvert aucune preuve d’occupation antérieure à la période romaine, mais malgré tout revendique une occupation très ancienne du site. De récentes découvertes archéologiques, cependant, se sont avérées tout à fait contraires. Dans une tranchée profonde au bord de la plate-forme du Temple de Jupiter, des artefacts néolithiques ont été découverts ainsi que les squelettes de trois personnes de stature géante! On y a également découvert  par la suite, de la poterie,d’origine persane,  datant de 550-330 avant notre ère

L’histoire du peuplement de Baalbeck remonte à  plus de 9.000 ans, avec une continuité du Néolithique à l’Age du Fer romain. Il a probablement été utilisé comme site religieux dès l’époque pré-hellénistique. Des murs massifs construits avec 24 monolithes entourent le site, pesant près de 300 tonnes chacun. Le plus haut mur, sur le flanc ouest du temple, contient ce qui est connu sous le nom de trilithon, une rangée de trois pierres, mesurant chacune 19 mètres de long, 4,3 mètres de haut et 3,6 mètres de large, découpées à partir de calcaire solide. Chaque pierre pèse environ 800 tonnes. Même avec la technologie d’aujourd’hui les déplacer et les mettre en place serait un exploit,

Un autre site mégalithique important n’a pas besoin d’introduction, le glorieux Stonehenge, peut-être le plus célèbre édifice mégalithique jamais conçu au cours de la préhistoire. Bien qu’aucune des structures mentionnées jusqu’à présent n’aient été faites à l’époque où  les géants régnaient sur terre, il a certainement été construit par les survivants du Déluge qui ont utilisé la technologie empruntée à leurs prédécesseurs géants.

stonehengeUne histoire au sujet de Stonehenge en particulier,un conte du 12ème siècle écrit par Geoffrey de Monmouth dans son ouvrage Historia Regum Britanniae, également connu comme « L’Histoire des rois de Bretagne. Selon Geoffrey, les géants avaient construit Stonehenge sur le mont Killaraus en Irlande. Geoffrey a soutenu que les roches de Stonehenge, appelé la danse des Géants, était constitué de pierres ramenées des expéditions en Afrique, et avait eu d’immenses propriétés curatives. Au 5ème siècle Arthur identifié comme la figure Ambrosius Aurelius, à la demande de Merlin, a choisi Stonehenge, comme un monument à la mémoire des chevaliers qui avaient péri en luttant contre les incursions saxonnes. Ambrosius Aurélius envoya Merlin, et 15.000 chevaliers en Irlande pour démanteler le monument et le ramener en Grande-Bretagne. Les chevaliers tuèrent 7.000 guerriers irlandais, mais furent incapables de déplacer les roches avec des cordes et de la force. Puis quelque chose de très étrange s’est produit. Grâce à la puissance du son, Merlin a démantelé les pierres et les a transportées à travers une faille dimensionnelle directement à Salisbury où elles ont été ré-assemblées en utilisant la lévitation. A sa mort Ambrosius Aurelius fut enterré à Stonehenge. « Ainsi, même quand on parle de Stonehenge, l’un des plus célèbres et bien connu des sites mégalithiques, les références aux géants et leur capacité à construire des monuments constitués d’immenses blocs de pierres, pesant, parfois, des centaines de tonnes, sont bien établies. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de méthode précise pour déterminer avec précision quand une roche fut taillée dans sa carrière et érigée. Toutefois, récemment, une nouvelle méthode de datation connue sous le nom de chlore 23 a été développée. L’utilisation récente de cette nouvelle méthode sur Stonehenge a révélé que le monument, loin d’être âgé de 4500 ans à peine comme le soutient le milieu universitaire en cours, a été datée à 25.000 ans avant notre ère. Les scientifiques traditionnels ont rejeté ces chiffres et, déclaré la méthode de datation comme non fiable. En fait la méthode a été développée en milieu universitaire, et n’a absolument rien d’inefficace, sauf qu’elle contredit ce que la science affirme. À son tour, le milieu universitaire affirme que les partisans de la méthode du chlore 23 ne voient que ce qu’ils veulent croire. Avec l’aide de chlore 23, cependant, les chercheurs indépendants continueront à faire de nouvelles découvertes phénoménales dans les années et décennies à venir.
Les Basques du sud de la France et du Nord de l’Espagne, sont peut-être les peuples les plus anciens vivant en Europe aujourd’hui. Leur lignée remonte à quelques 40.000 ans, selon le profil génétique commencé dans la fin du XXe siècle, et ils furent la première population d’Homo sapiens du continent, l’homme de Cro-Magnon. C’est une population unique, avec une parenté linguistique, culturelle et génétique que l’on ne trouve nulle part ailleurs en Europe. Les Basques ont aussi une mythologie unique. Selon les légendes basques, les géants sont responsables de la construction de l’une des séries les plus énigmatiques des monuments de pierre en Europe occidentale, Carnac en Bretagne.

Selon David Hatcher Childress: « Carnac détient la plus grande concentration de mégalithes dans le monde. Selon des estimations prudentes il affirme que les mégalithes ont été érigés ici 5000 avant notre ère, [plus] sept mille ans. Ils peuvent être beaucoup plus âgé. « (Childress 2010)

carnacFrancis Hitching, croit qu’il doit y avoir eu un ensemble mégalithique principal pour observer les phénomènes astronomiques. «Ici, en effet, toute la série des structures semble être un vaste observatoire astronomique, l’une des seules structures visibles de l’espace. Comme pour parler à la race des géants extraterrestres, Childress écrit: «Une grande partie de l’observatoire astronomique gigantesque est probablement sous l’eau. La plupart des mégalithes le long de la côte bretonne sont apparemment submergés. De nombreux sites célèbres effectivement sont engloutis, et quelques mégalithes peuvent être vus à marée basse, quand ils sont à peine au-dessous de la surface. « Si, en effet, Carnac est beaucoup plus ancienne que les érudits le croient, peut-être que ce sont des preuves concrètes de l’âge oublié des géants et de leur technologie préhistorique mégalithique. Peut-être que ces ruines étaient emergées avant le déluge. Childress ajoute: «Beaucoup de longues files de menhirs de Carnac et dans le Golfe du Morbihan ont été apparemment construit alors que la géographie de la Bretagne était tout à fait différente. » Ainsi, son existence pré-diluvienne peut-être, dans les faits, déjà  confirmée.

Sur la base de ces quelques exemples seulement, il est clair que nos ancêtres ont dû avoir un contact avec une ou des cultures plus « avancées », et ont, à mon avis, soit directement construits ces structures préhistoriques mégalithiques ou influencé leur construction en utilisant une technologie supérieure à celle de nos ancêtres. De cet article, nous pouvons conclure que le lien entre les géants et les mythes antiques du déluge sont universels, et que la race géante est aussi invariablement liée à des projets de construction immenses tels que les mentionnent les mythes arabes. Il y a une «certaine» vérité derrière ces légendes.

Par  Patrick C. Chouinard (traduction française par Arkeos)

QR Code - Take this post Mobile!

Use this unique QR (Quick Response) code with your smart device. The code will save the url of this webpage to the device for mobile sharing and storage.